Archive | August, 2012

Yoga and MS – Yoga et SEP

11 Aug

I slip into my body as I would into clothes. My legs, my arms… I try to adjust.  But most of the times, I feel trapped by weird sensations. It feels too tight as if I was wearing a  corset or too loose, as if I were diluted in space, without contour.

But it’s not just the pains and sensory symptoms that you need to accept, it’s the body as a whole. How can you feel at ease in a body that destroys itself? How not to be resentful? You can concentrate your anger on a virus and wish to kill it but in which direction do you aim your anger when the immune system fails?

I remember one day in particular. I had just been diagnosed and had recently started yoga. I hesitated before going to my class because I had no sensation in my left leg. It “worked” properly but I couldn’t feel it. The sole of my foot was also almost entirely numb. But I really enjoyed Tony’s class and thought I should give it a try. Everything went better than I expected. Until Tony suggested we do Ardha Chandrasana, the half-moon pose in which you stand on one foot and one hand. Of course, I fell. I was too frustrated, too scattered to keep my balance. But not just on the left leg! I had the same issues with the other “healthy” side. I think that’s when I realized that a long battle was ahead of me: against frustration, fear, despondency…

Practising yoga is for me a huge challenge! But one of the biggest benefits is to learn how to tame your body and emotions, little by little, as if they were wild animals. Of course yoga has other benefits. Asanas help fighting the progressive weakening of the muscles but personally, I need yoga to feel better in my body.

I keep fighting but I’m learning. I learn to listen, respect and read the warnings. And who knows, maybe one day, I’ll feel really free. Free to move on beyond the body.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 Je me glisse à l’intérieur de mon corps, comme je me glisserais dans un vêtement. Je   me glisse dans les jambes, dans les bras, je m’ajuste. Mais la plupart du temps, des sensations étranges m’empêchent de me sentir libre. Je me sens à l’étroit, dans un corset, ou au contraire diluée dans l’espace, sans contour.

Mais  ce ne sont pas uniquement les douleurs et les symptômes sensoriels qu’il faut accepter, c’est le corps dans son ensemble. Comment se sentir bien dans son corps quand il s’autodétruit ? Comment ne pas lui en vouloir ? On peut concentrer sa colère sur un virus et l’attaquer en retour mais vers où l’orienter quand le système immunitaire faillit?

Je me souviens d’un épisode en particulier. Je venais d’être diagnostiquée et j’avais débuté le yoga très peu de temps avant. Ce jour-là j’hésitais à y aller car je n’avais aucune sensation dans ma jambe gauche. Elle « fonctionnait » normalement mais je ne la sentais pas. La plante de mon pied gauche était également quasiment insensible. Mais j’aimais vraiment bien les cours de mon prof Tony et je décidais donc de tenter ma chance. Tout se passa mieux que prévu. Jusqu’au moment où Tony nous proposa la position de la demi lune, Ardha Chandrasana, dans laquelle on est en appui sur une jambe et un bras. Bien sûr, je suis tombée. J’étais trop frustrée, éparpillée, pour tenir en équilibre sur une jambe. Mais pas seulement sur la jambe gauche ! J’ai eu les mêmes problèmes du côté droit ! Je crois que c’est à ce moment-là que je me suis vraiment rendu compte qu’une longue bataille s’annonçait. : contre la frustration, la peur, le découragement…

Pratiquer le yoga est pour moi un énorme défi ! Mais l’un des bénéfices essentiel du yoga est justement d’apprendre à apprivoiser son corps et ses émotions, petit à petit, comme un animal sauvage. Évidemment, le yoga a de nombreux autres bienfaits. Les asanas aident à ralentir l’affaiblissement progressif des muscles. Mais personnellement, j’ai besoin du yoga surtout pour me sentir mieux dans mon corps.

Je continue à batailler mais j’apprends. J’apprends surtout à écouter, respecter, déchiffrer les avertissements.  Et qui sait, peut-être qu’un jour je pourrais me sentir vraiment libre. Libre d’aller au-delà du corps.

%d bloggers like this: